©  Lisalou Eyssautier

Les enfants perdus

Les enfants perdus est un opéra co-écrit par Ulysse Barbry, metteur en scène, du projet et 40 jeunes élèves comédien.nes. C'est un projet de création réalisé par des enfants pendant leur temps scolaire. "Il s’agit de faire se rencontrer des élèves de CM1 de Saint-Denis et des élèves de CM1 de Paris (écoles en REP), autour de la thématique de « l’Autre », dans une logique d’élaboration d’une culture commune à ce nouveau territoire du Grand Paris. Un des objectifs du projet est de permettre aux enfants de créer entièrement un spectacle en participant à tous les aspects de la création, de l’écriture du texte à la performance scénique, en passant par la confection des décors et des costumes." Association Le Tréteau 

Pour ce projet, j'ai travaillé en collaboration avec le metteur en scène Ulysse Barbry et les élèves associés au projet. Nous avons élaboré ensemble notre scénographie au cours des ateliers où les enfants ont fait des propositions en réalisant des maquettes des décors qu'iels imaginent. Les élèves ont construit dans un second des éléments scénographiques du spectacle. Cet opéra a été créé pour être joué dans la salle du TGP de Saint-Denis. J'ai réalisé une scénographie in situ, ludique et qui évolue grâce aux mouvements des enfants chorégraphiés par la danseuse Lou Cantor.

Création 2018 
Au TGP de Saint-Denis

Coproduction : Orchestre de chambre de Paris, Festival de Saint-Denis et l'Association Le Tréteau 

Direction artistique et pédagogique : Henri Deléger Direction d'orchestre : Dylan Corlay Mise en scène : Ulysse Barbry Musique : Vincent Wavelet Scénographie et accessoires : Lisalou Eyssautier Costumes : Claire Marc Chorégraphie : Lou Cantor Chef de coeur : Mathis Capiaux Chef de chant : Benjamin Laurent Régie générale : Myrtille Debièvre

Avec les élèves des écoles 10 rue Le Vau et Roger-Sémat et l'Orchestre de chambre de Paris

©  Lisalou Eyssautier

DÉCOR INTÉRACTIF ET GRAPHIQUE

La scénographie s'est conçue à partir des imaginaires développés par les élèves lors des ateliers de scénographie et de l'architecture du plateau du TGP.  Le rideau de fer particulier de la salle est le point de départ de mon décor. Sur ce rideau est peint un grand trapèze blanc. Au prologue du spectacle, le rideau de fer est fermé puis il s'ouvre à la première scène et on retrouve le même trapèze blanc mais au sol. Cette forme symbolise la page sur laquelle les enfants écrivent et dessinent leur histoire. En effet, ce trapèze est constitué de petits confettis blancs. Au fur et à mesure du spectacle, les enfants éparpillent les confettis au plateau en marchant, en courant, en sautant et en dansant. Cette matière au sol crée un rapport interactif et spontané des enfants avec le décor. À la fin de la représentation les confettis éparpillés forment un grand tableau graphique sur le plateau, comme l'empreinte du spectacle qui vient de se jouer. 

Une maquette et des éléments du décor réalisés par les élèves

©  Lisalou Eyssautier

NOIR, BLANC ET COULEUR

Inspiré d'Hansel et Gretel des frères Grimm, un passage du spectacle raconte que des enfants perdus dans une forêt se retrouvent prisonniers d'une sorcière qui les a capturé en les attirants avec de grandes friandises. Avec les élèves nous avons construit en ateliers des bonbons et des sucettes géantes. Inspirés des bonbons berlingots, leurs motifs stylisés et dessinés par les enfants créent un lien graphique avec les confettis au sol. Ce sont les seuls éléments aux couleurs vives dans la scénographie. Par contraste avec le reste du décor entièrement noir et blanc, ces friandises géantes ressortent visuellement dans l'espace et comme dans Hansel et Gretel, les enfants perdus de la pièce sont attirés par leurs couleurs. 

 © 2020 LISALOU EYSSAUTIER